Nos actualités

Et si l’incendie de Notre-Dame de Paris avait éveillé les consciences sur le risque plomb - 30/09/2019

Les 15 et 16 avril 2019, un effroyable incendie touchait la cathédrale Notre-Dame de Paris. S’il a détruit partiellement l’un des plus beaux monuments de Paris, il a toutefois eu le mérite de positionner au cœur des problématiques les risques du plombpour la santé. Suffisant pour éveiller les consciences ?

 

Le risque plomb davantage pris au sérieux par les professionnels

Jusque-là trop peu sensibles au risque plomb, les maîtres d’ouvrage comme les entreprises intervenant pour réaliser des travaux semblent montrer plus d’intérêt pour lerepérage plombdepuis que l’incendie de Notre-Dame a mis en lumière le vrai danger de la présence de ce matériau.

Pour autant, le plomb n’est pas encore considéré comme l’égal de l’amiante alors qu’il devrait l’être. Preuve en est, beaucoup de maîtres d’ouvrage font effectuer le diagnostic amiante avant travaux et cherchent à passer outre le diagnostic plomb avant travaux. Certains y arrivent d’ailleurs.

Néanmoins, ces comportements semblent en pleine diminution, preuve que l’incendie de la cathédrale parisienne a eu un « effet positif ». En effet, Jean-Marc Moinard, président adjoint de la FDI CNAIM affirme : « on a eu plus de contrôles demandés de la part de sociétés qui ont des travaux à réaliser, notamment sur des infrastructures extérieures ».

 

Les diagnostiqueurs ont un rôle à jouer pour continuer d’éveiller les consciences sur le plomb

Si les professionnels ont davantage recours au repérage plomb avant de débuter un chantier, l’incendie de Notre-Dame de Paris doit également avoir fait comprendre aux pouvoirs publics et aux particuliers que le risque plomb est à ne pas négliger.

Pas étonnant donc que certaines voix se soient élevées pour demander le renforcement de la réglementation entourant le risque plomb, celui-ci devant être traité comme le risque amiante.

Mais il est aussi question de sensibiliser les particuliers au risque plomb et de leur faire comprendre la vraie menace qui accompagne ce matériau. Afin d’éviter de leur communiquer une masse d’informations qui n’auront aucun impact, peut-être faut-il tout bonnement laisser aux diagnostiqueurs cette sensibilisation. Ils sont effectivement capables de répondre aux éventuelles questions des particuliers et de leur expliquer concrètement ce que peut apporter un contrôle plomb.

En toile de fond, se pose enfin une ultime question à savoir celle de la salubrité des logements. Un diagnostic plomb positif n’a effectivement d’intérêt que s’il est suivi d’actions visant à écarter tout risque d’exposition au plomb des locataires. Il serait temps que de nombreux bailleurs le prennent en considération.

 

« Retour aux actualités
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER