Nos actualités

La performance énergétique d’un logement a-t-elle un vrai impact sur son prix ? - 14/10/2019

Comme chaque année, les Notaires de France publient une actualisation de leur étude s’intéressant au lien existant entre la performance énergétiqued’un bien et son prix. Voici les principaux enseignements à en tirer.

 

Une étiquette DPE qui impacte le prix des biens immobiliers

Basée sur l’ensemble des transactions immobilières en France en 2018, l’étude démontre qu’il existe toujours un vrai lien entre la performance énergétique d’un logement mesurée à travers le DPE et le prix du bien.

C’est en partant d’une étiquette DPE avec la note D comme référence que l’étude a cherché à mesurer la valorisation d’un logement obtenant une étiquette A, B ou C mais aussi la dépréciation d’un logement classé E, F ou G.

En Auvergne-Rhône-Alpes, en Île-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’effet des étiquettes sur le prix des biens est symétrique. Autrement dit, une étiquette C équivaut à une valorisation identique à la dépréciation liée à une étiquette E.

Dans les autres régions, une étiquette D, E ou F cause une dépréciation de prix (-6 à -19 %) plus importante que la valorisation d’une étiquette A, B ou C (+5 à +11 %). Autrement dit, les étiquettes DPE pénalisent davantage les biens qu’elles ne les valorisent.

 

Des performances énergétiques moins influentes pour le prix des appartements

Sans véritable surprise, les performances énergétiques ont un impact bien plus important sur le prix des maisons que sur le prix des appartements.

Ceci s’explique principalement par deux raisons. La première est que les propriétaires bailleurs sont peu regardants sur les performances énergétiques des biens qu’ils louent. La seconde est que de nombreux appartements sont localisés dans des zones tendues, des zones dans lesquelles les marges de négociation sont très limitées. En Île-de-France, les performances énergétiques ont ainsi très généralement un impact plutôt réduit sur le prix des appartements.

Pour être complet, notez aussi que les performances énergétiquessont moins valorisées ou dépréciées dans les régions du sud de la France, le climat et la météo plus clémente étant bien évidemment la principale explication à ces différences.

« Retour aux actualités
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER