Nos actualités

La QAI (Qualité de l’Air Intérieur) bientôt dans le DPE ? - 23/04/2021

Certains biens doivent faire l’objet d’un contrôle de la Qualité de l’Air Intérieur, mais, le plus souvent, aucun contrôle n’est réalisé. La qualité de l’air intérieur est pourtant importante, tant sur le plan sanitaire qu’environnemental.

Lors d’un épisode de pollution, l’air intérieur d’un bien, bâtiment ou logement, peut, lui aussi, être nocif, comme à l’extérieur. En cas d’une exposition longue, une mauvaise QAI peut avoir des répercussions sur la santé des occupants d’un bien.

Seulement, le diagnostic relatif à la qualité de l’air intérieur n’est imposé que dans les crèches, les établissements scolaires, les centres de loisirs, les piscines, ou encore les structures socio-médicales. Un amendement a été adopté, lors de l’étude du projet de loi Climat et Résilience, avec pour objectif d’améliorer la prise en compte des problématiques de la qualité de l’air intérieur.

L’amendement initial incluait, dans le DPE, une évaluation poussée du système de ventilation d’un bien, et de son fonctionnement.

Le but de cette évaluation aurait été d’analyser les conditions de renouvellement de l’air, pour mettre en lumière des soucis sanitaires éventuels et identifier de possibles dysfonctionnements qui auraient pu nuire à la performance énergétique.

C’est une version allégée de l’amendement qui a été adoptée. En effet, évoquer la qualité de l’air, et donc les conditions de ventilation et d’aération au sein d’un bien, dans le DPE, a été jugé comme pertinent.

Cependant, une évaluation trop poussée aurait pu contribuer à une augmentation du coût du diagnostic. Une simple information sur la QAI qui devrait prendre effet le 1er janvier prochain.

« Retour aux actualités